Crazy Football Manager


Vous avez toujours rêver de devenir coach d'une grande équipe de foot , c'est l'occasion pour vous de réaliser votre rêve sur ce forum !! Inscrivez vous et prenez votre équipe préférée , transformez là en la plus grande équipe du monde !
 
AccueilMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [OM] Les Phocéens

Aller en bas 
AuteurMessage
Frank 7

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 24
Localisation : Marseille

MessageSujet: [OM] Les Phocéens   Lun 01 Nov 2010, 07:33

Revenir en haut Aller en bas
Zak'29

avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: [OM] Les Phocéens   Ven 05 Nov 2010, 14:44

7-0 en LDC !!!!!!
Magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Cook

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/11/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: [OM] Les Phocéens   Dim 28 Nov 2010, 02:52

Le meilleurs défenseur en forme de Marseille, blessé pendant minimum de 6 mois!
Revenir en haut Aller en bas
Bou

avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: [OM] Les Phocéens   Ven 03 Déc 2010, 06:15

Depuis quatre rencontres, l'OM n'encaisse plus le moindre but. Une solidité qui coïncide avec le retour de Souleymane Diawara et Stéphane Mbia en défense centrale. L'association, qui n’a jamais perdu en Ligue 1, rappelle les belles heures de Basile Boli et Carlos Mozer dans les années 90...

Le tandem est une muraille infranchissable. Un gage de sécurité pour l'OM. Une assurance tous risques. L'an passé, Didier Deschamps a eu du flair lorsqu'il a décidé d'associer Souleymane Diawara et Stéphane Mbia en défense centrale. "Une équipe ne peut pas se construire vers l'avant, justifiait alors l'entraîneur marseillais. Elle se construit par la base, c'est-à-dire le socle défensif." Onze mois plus tard, son intuition s'est muée en certitude. Elle puise sa légitimité dans des chiffres : le champion de France en titre n'a jamais perdu lorsque le Sénégalais (31 ans) a évolué au côté du Camerounais (24 ans). Son bilan en vingt matches de Ligue 1 (quinze victoires et cinq nuls) est suffisamment éloquent pour y déceler un lien de cause à effet. Cette saison, les défaites phocéennes ont systématiquement coïncidé avec leurs absences. Lors des deux défaites inaugurales de la saison 2010/2011- contre Caen (1-2) et à Valenciennes (2-3) -, Diawara soignait une blessure survenue lors du Trophée des champions, face au PSG. Mbia était forfait à Nungesser. A Paris (1-2), il était suspendu. La thèse du hasard ne tient pas.

Mozer : "L'axe central le plus fort depuis notre époque"

Pendant de longs mois, Mbia a clamé sa préférence "pour évoluer à (son) poste : au milieu de terrain". L'ancien Rennais n'a pas obtenu gain de cause. "Didier Deschamps a bien fait d'insister, confie Michel Hidalgo, manager du club phocéen de 1986 à 1991. Mbia-Diawara, ça me rappelle la charnière Carlos Mozer-Basile Boli : c'est un duo solide et ultra-complémentaire (1)." La comparaison est flatteuse. Les deux intéressés l'accréditent. "Pour moi, c’est l’axe central le plus fort que l’OM ait eu depuis notre époque, soulignait Mozer dans La Provence il y a quelques mois. Il est passé de grands joueurs au club, mais ils ne se sont pas montrés aussi solides. La charnière d’aujourd’hui, au contraire, est très solide." "Solide et complémentaire", pour reprendre les termes d'Hidalgo. "Diawara a la technique et l’impact physique, décrypte Boli. Moi, j’avais la vitesse et l’impact. Mbia est beaucoup plus technique et il défend bien. Mais ce n’est pas un défenseur inné. C’est beau ce qu’il fait. Dans les duels, il est très fort. On ne peut pas le bouger. C'est un teigneux."

Hidalgo: "Un duo prépondérant dans l'équilibre général de l'équipe"

Depuis quatre rencontres, le duo Diawara-Mbia a été reconstitué. Et depuis quatre rencontres, Marseille n'a plus encaissé le moindre but (1-0 à Toulouse, 3-0 à Moscou, 4-0 contre Montpellier, 0-0 face à Rennes). José Anigo préfère y voir les fruits d'efforts collectifs. "C’est l’équipe entière qui travaille pour bien récupérer le ballon", insiste le directeur sportif sur OM TV. Pour Michel Hidalgo, le rôle de Diawara et Mbia est pourtant "prépondérant dans l'équilibre général de l'équipe". "Avec eux, tout le monde peut attaquer sans restriction, confirme Mozer. Tu ne dois pas attaquer en te disant qu’il faut vite revenir. Au foot, quand tu es obligé de penser à deux choses en même temps, tu fais les deux à moitié... Si l’OM marche bien, c’est en grande partie grâce à eux. Cette solidité permet une certaine sérénité au milieu et à l’attaque. Quand ta défense te pose des soucis, tu n’attaques pas tranquillement, tu as toujours une arrière-pensée, une crainte du contre." Cette crainte-là, l'association Diawara-Mbia l'a sérieusement estompée. "En qualité et en potentiel, c'est du solide. Mais en terme de prestation, ils peuvent vraiment mieux faire...", relativisait Deschamps il y a trois semaines. Depuis, l'OM est redevenu une forteresse imprenable.

(1) Durant l'essentiel de leur carrière à l'OM, les deux hommes ont été associés à Bernard Casoni en défense centrale, dans une formule à trois.
Revenir en haut Aller en bas
Frank 7

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 24
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: [OM] Les Phocéens   Mer 08 Déc 2010, 13:12

Christophe Bouchet est l’homme qui a fait venir Didier Drogba à Marseille et l’a vendu à Chelsea. L'ancien président de l'OM, qui ne garde que des bons souvenirs du joueur et de l'homme, assure qu'il n'avait pas d'autre choix, même s'il a vécu un véritable "cauchemar".

CHRISTOPHE BOUCHET, six ans après le départ de Didier Drogba de Marseille, comment expliquez-vous qu'il ait toujours une telle cote d'amour auprès des supporters de l'OM ?

C.B. : Didier est un garçon affectif. Ce n'est pas un mercenaire. C’est un homme qui donne beaucoup et ça se sent. Il est arrivé avec un vrai enthousiasme et est parti triste car il croyait au projet. Didier est entier. La comparaison peut paraitre un peu bizarre mais il me fait penser à Frank Leboeuf. Ce sont des joueurs qui ont eu du succès sur le tard et qui ont mangé de la vache enragée. Il y a une vraie reconnaissance pour le club qui les engage et du public. Ils dégagent une force et quelque chose de très fort. Aussi, à cette époque, le Vélodrome était en panne d'idoles. L'équipe de 2002/2003, sans faire offense aux joueurs, n'était pas digne de l'OM. Les supporters étaient sevrés de joueurs et de grands matches. Le stade explosait de bonheur de retrouver cela.

A l'époque, vous étiez président du club. Comment s'est déroulée son arrivée à Marseille ?

C.B. : En 2002/2003, Didier Drogba avait fait une belle saison à Guingamp. A l'OM, on avait fait une année un peu "exceptionnelle". On avait fini troisième grâce à Alain Perrin et un effectif.... (il réfléchit longuement) de fond de tableau Ligue 1. Notre priorité de recrutement était un attaquant. A ce moment-là, tout le monde voulait le duo Malouda - Drogba. Il y en a d'ailleurs qui ont fini par l'avoir...

Comment l'avez-vous convaincu de vous rejoindre et de repousser l'offre de Lyon, qui était au sommet ?

C.B. : Il se trouve que Didier était beaucoup plus attiré par Marseille, que son agent était marseillais (ndlr : Pape Diouf), ce sont des choses qui rapprochent. J'étais également proche de son agent à l'époque, ce qui rapproche encore plus. Ajoutez à cela que le projet de jeu était intéressant. L'histoire l'a démontré. On a perdu la finale de la Coupe de l'UEFA à pas grand chose, en battant de belles équipes européennes.

A son arrivée au club, on parlait bien plus d'une autre recrue, Mido. A quel moment vous êtes-vous dit que Drogba était au-dessus et qu'il allait tout casser ?

C.B. : Il y a eu quelques signes dans les deux premiers mois. On fait notamment un très bon match en Ligue des Champions à Madrid, on perd mais on se dit que si ça veut rigoler avec les deux... Malheureusement, Mido était en-dessous. Il aurait pu devenir l'idole du Vélodrome. Il donnait beaucoup aussi. Mais il se trouve que Didier était, comme à Guingamp, engagé. Ça s'est senti très vite. Tout s'est magnifié de février à mai, avec notre parcours en Coupe de l'UEFA. L'UEFA, on la dénigre mais je souhaite à beaucoup de gens de vivre des moments comme cela à Marseille. C'était de la folie. En demi-finale aller (ndlr : face à Newcastle), Didier marque deux buts, dont un fantastique. Ça a donné un moment de fusion incroyable.

Pourquoi l'avoir laissé partir à Chelsea alors ?

C.B. : Ça a été un déchirement pour tout le monde. Les supporters croient que l'on a essayé de faire de l'argent avec lui. Mais la vérité est que le club était à la ramasse. J'avais la charge de le restructurer. Si l'OM est aujourd'hui dans la position où il est, c'est aussi parce qu'on a vendu Drogba. Les dizaines de millions qu'on perdait, il fallait bien les récupérer quelque part. Contrairement à ce que disaient les supporters, ce n'était pas à Robert Louis-Dreyfus de rendre l'argent... Il s'agissait de le retrouver.

N'y a-t-il pas eu un moment où vous vous êtes dit "il faut le retenir"...

C.B. : Il faut remettre les choses dans leur contexte. On avait des offres pour Didier, dont une ferme de la Juve. Le prix d'un attaquant comme lui était de 15 à 20 millions d'euros. Là, Chelsea nous en propose 35. Financièrement, on était encore à la limite. J'ai appelé l'actionnaire. Je lui ai dit : "On nous donne 35, que fait-on ?", il m'a répondu : "On vend." J'ai fait ce que je pouvais faire. C'était un cauchemar. Avec le recul, aurait-on pu le garder ? On avait déjà recruté Pedretti. Avec les deux, je pense que l'on aurait pu faire un carton. Mais on ne peut pas refaire l'histoire. Tout le monde m'a mis sur le dos d'avoir vendu Drogba, personne n'a dit que je l'avais acheté. C'est la vie.

Quand vous lui avez annoncé qu'il partait à Chelsea, comment a-t-il réagi ?

C.B. : Il dit qu'il ne veut pas partir ! On va le voir avec Pape à l'hôtel à Marseille, il est vraiment touché. C'est une réalité.

C'est ce qui rend son cas unique...

C.B. : On lui avait doublé son salaire dans l'année. A Chelsea, il triplait cette somme au minimum. Mais il était prêt à rester. A Londres, il a eu six mois très douloureux. Il revenait nous voir tout le temps, il venait consulter le médecin. C'était embarrassant pour tout le monde. C'est peut-être le seul reproche qu'on peut lui faire. A ce moment-là, il ne nous a pas aidés. Il souffrait et on était un peu la cause de la souffrance. C'est vrai. Mais aujourd'hui, Drogba est le grand joueur qu'on connait.

Au moment où il part, pensez-vous qu'il va réussir une telle carrière ?

C.B. : Oui, dès son départ de l'OM. On l'a vite vu. Même à Guingamp l’année précédente. Honnêtement, je ne le connaissais pas. On joue là-bas en début de saison. Il avait tellement remué Daniel van Buyten que je me suis demandé qui était ce gars. Toutes ses qualités, comme Malouda, il les avait déjà là-bas.

Son transfert à Chelsea a-t-il plombé la saison 2004/2005 de l'OM ?

C.B. : Ça a un peu mis tout le monde "stone". Mais il faut faire face à la réalité. Si l'OM est à ce niveau aujourd'hui, c'est aussi grâce à Drogba ou Ribéry. On est dans un système qui est ce qu'il est. On ne peut pas changer les règles. Un joueur comme Hazard partira de Lille. On n'a pas la capacité de prendre Drogba et des Ronaldo. Notre niveau économique est celui des Pays-Bas ou du Portugal. On est une pouponnière. Si on veut garder Drogba un jour, il faut construire des stades, bâtir une économie. Notre système est moins avantageux et, contrairement à aux Anglais, on ne fait pas de paris sur un ou deux hommes. Il y a cette vieille rengaine de doubler les postes. L'OL est devenu l'OL grâce au pari Anderson. Nous, on aurait pu le faire avec Drogba. Mais l’actionnaire, qui était là depuis huit ans au club, avait perdu 200 millions d'euros...

Le revoyez-vous parfois ?

C.B. : Quand je le croise aujourd'hui, j'ai l'impression de l'avoir quitté hier. Je l'ai vu dernièrement en Afrique, il m'a vu de loin et est venu me prendre dans ses bras. Des mecs comme ça, cela n'existe plus dans le football. On a investi sur quelqu'un, il le rend. Il sait d'où il vient.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [OM] Les Phocéens   

Revenir en haut Aller en bas
 
[OM] Les Phocéens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» STEELERBOYZ On the road. Up : Cohorte phocénenne.
» Cohorte phocéenne. Da steeldebrief.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy Football Manager  :: On parle de Foot :: Ligue 1-
Sauter vers: